Actus

Le sport bénéfique pour les autistes

i Fév 24th No Comments par

Intérêts et pistes thérapeutiques.

 

Quel est l’intérêt des activités physiques et sportives pour le bien-être des personnes avec autisme ?

Ce sujet est à première vue important. Cependant, il est traité de manière relativement marginale dans les publications nationales et internationales sur l’autisme (Kern et al, 1982,1984, Watters et Watters, 1980, Boursier, 1996, Celiberti et al, 1997, Therme, 1992, Barthelemy et al, 2004). Pour situer le problème dans un cadre plus large, celui du handicap en général et des handicap mentaux en particulier, on peut rejoindre les analyses de Therme (1992) et de Eberhard (1999) pour distinguer quatre niveaux où les activités physiques et sportives peuvent être bénéfiques.

Un premier niveau est celui de la forme physique de la personne sur laquelle l’activité physique et sportive exerce son effet. L’exercice permet d’améliorer l’endurance et l’état général de l’individu notamment sur le plan de ses capacités cardio-vasculaires. C’est particulièrement important pour les adultes handicapés sédentaires, dont l’inactivité peut entraîner une détérioration de leur état. Subsidiairement, l’activité physique intense peut aussi réduire l’occurrence de comportements stéréotypés qui gênent l’adaptation de l’individu à son environnement.

Un second niveau est celui de l’apprentissage de fonctions sensori-motrices et cognitives, qui, du fait du handicap, n’a pu atteindre un niveau satisfaisant. On peut citer comme exemple la connaissance et la maîtrise des propriétés biomécaniques du corps (poids et inertie des segments), le traitement de l’information sensorielle, qu’elle soit proprioceptive (issue du corps) ou extéroceptive (visuelle, auditive), la construction de représentations du corps (schéma corporel), de l’espace extérieur et leurs interactions, elle permet aussi de construire des schémas d’action dirigées vers un but extérieur de nature spatiale (saisir un objet), d’organiser les séquence d’actions (c’est le cas de nombreux sports), d’automatiser les actions, c’est-à-dire de les exécuter sans faire appel à chaque instant à l’attention consciente et au contrôle sensoriel de l’action ; ces opérations sont particulièrement « coûteuses » pour le cerveau en terme de traitement de l’information et d’attention.

Un troisième niveau est le niveau social. Il concerne la communication verbale et non verbale, les interactions entre les individus d’un groupe et le partage des émotions par l’intermédiaire de postures, de mimiques, du regard.

Enfin, un dernier niveau est de nature hédonique, celui du plaisir que procure le jeu qui accompagne le sport, et de ce fait accroît la qualité de vie. Il implique aussi une meilleure perception de soi et de ses capacités.

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *