Il a perdu tous ses acquis !

i Oct 15th 1 Comment par

Nous avons pu constater ce phénomène de nombreuses fois. Cela correspond souvent à une phase «d’activité intérieure intense» où le jeune met en place, range, ou digère tout ce qu’il a appris précédemment. Il émerge au bout de quelques semaines ou quelques mois, frais et dispos, en général avec un niveau légèrement supérieur à celui où il était au moment où il « est tombé en apathie.
Si vous faites attention, le même phénomène nous arrive lorsque nous pratiquons une activité intense : sport de compétition, apprentissage d’une langue par exemple. D’abord, tout rentre comme dans du beurre, puis la progression stoppe, et on observe même une régression par rapport au niveau qu’on avait atteint. Dans l’apprentissage des langues, par exemple, on a un sentiment de confusion, on ne comprend plus rien. Une fois le palier franchi, on recommence à progresser.

La securité à la maison

i Août 30th No Comments par

 

Réarranger le mobilier, pour éviter qu’il jette les objets ou les fasse tomber de dessus le meuble, qu’il monte sur les étagères, qu’il renverse chaises ou tables. Les bibliothèques, armoires et autres meubles hauts doivent être vissés au mur, pour éviter qu’ils ne tombent sur l’enfant si celui-ci tente de les escalader. Asseyez l’enfant dans une chaise haute ou bien dans une chaise à accoudoirs, pendant que vous préparez le repas ou que vous êtes à table. Asseyez-le contre le mur ou dans le coin, avec la table devant pour éviter qu’il ne s’échappe continuellement de la table.

Supprimez ce qui pose problème et qui n’est pas indispensable : remplacez des étagères accessibles par des coffres que vous pouvez fermer avec un cadenas, utilisez des objets en plastique plutôt qu’en verre, passez-vous de la table basse que votre enfant envoie valser à travers le salon.

– Serrure, verrou, barrière, barreaux peuvent empêcher un enfant de s’échapper de la maison, ou d’escalader la fenêtre, ou d’accéder à un endroit dangereux. Vérifiez avec les pompiers que votre dispositif n’est pas contre les réglementations en vigueur pour la sécurité incendie. Si oui, faites vous conseiller. Vous pouvez aussi utiliser des petites alarmes de voyage contre les voleurs, pour vous avertir si l’enfant s’échappe.

– Certains parents ont remplacé les vitres par du plexiglas. Mais attention, le plexiglas peut aussi être coupant s’il est cassé.

– Ne laissez pas les rideaux ou les cordons des stores pendre : mettez les cordons hors de portée de l’enfant, que le store soit ouvert ou fermé. Coupez court le cordon. Ne mettez pas le lit, la chaise haute, ou le parc près du rideau ou du store, que l’enfant peut tirer. La barre de fixation peut lui tomber dessus.

– Soyez attentif à tout ce qui peut être dangereux : fermez les portes des placards avec un verrou enfant, verrouillez le frigo, le four, les machines diverses, mettez le toasteur hors de portée. Empêchez éventuellement l’accès à certaines pièces (buanderie, salle de bains, toilettes,?). Utilisez un pare-feu pour votre cuisinière. Fermez l’arrivée de gaz lorsque la cuisine est finie. Enfermez les produits chimiques et les médicaments dans leur placard. Fermez les tiroirs avec des objets tranchants, des allumettes, briquets, et des petits objets qui peuvent être avalés. Protégez les coins pointus des meubles.

Les renforcements positifs et l’amour !

i Août 30th No Comments par

Votre enfant autiste est d’abord votre enfant, et en plus, il a de l’autisme.
Et on les aime, nos petits ! Dites le, montrez le et dites le lui encore!

Insistez beaucoup sur les aspects positifs des interactions que vous avez avec votre enfant :

– Quand vous vous sentez bien avec elle, dites le.
– Quand vous êtes contents de lui, dites le
– Félicitez la dès qu’elle a accomplit quelque chose.
– Remarquez qu’il a suivi la consigne donnée (pas sortir). Si c’est très important, donnez luimême   une récompense (par exemple, un autocollant « sourire » à positionner sur le calendrier)

– Manifestez votre contentement lorsque vous avez fait un petit jeu avec elle. Appréciez ses       talents (ordinateur, puzzle, mémoire, force physique, gentillesse,?).

– Différenciez ce qu’elle est vraiment (et que vous aimez) avec le comportement qu’elle peut       avoir (et qui peut ne pas être acceptable).
– Différenciez le comportement inacceptable (crier pour attirer l’attention) avec le fait que pour   l’instant, vous n’êtes pas en état d’accepter un comportement donné (Elle touche votre bras     pour attirer votre attention, mais vous êtes trop fatiguée pour interagir).

Résoudre UN problème à la fois

i Oct 15th No Comments par

Ensuite, choisissez ensemble la manière de répondre au comportement indésirable :dévier l’attention, isoler dans un coin, serrer dans les bras le temps qu’il se calme. C’est vous qui connaissez votre enfant. Si la violence vous paraît la seule solution possible, consultez un spécialiste qui vous conseillera : il y a toujours une autre solution, et, à terme, la violence est néfaste pour votre enfant mais aussi pour vous et l’ensemble de la famille.
Arrangez votre environnement afin de faciliter votre vie : envoyez Minou en vacances chez Grand-Mère, mettez un verrou à la porte des toilettes, donnez à Petit Frère un coffre cadenassé où ranger ses affaires précieuses, rangez l’ordinateur dans un lieu fermé (Ce n’est pas la peine de vouloir réguler le temps d’ordinateur à un enfant fou du web si vous laissez l’ordi dans sa chambre ou dans le salon avec interdiction de l’utiliser)
Pour les problèmes que vous ne pouvez pas arranger concrètement, armez-vous de patience, vous aurez leur peau un autre jour, ils ne perdent rien pour attendre. Révisez éventuellement votre vision du monde : que votre enfant dise bonjour à tout le monde, c’est plutôt sympa. Qu’il ne reste pas à table plus d’une seconde ? il ne sera probablement pas invité à Matignon demain. Quelle est fondamentalement votre priorité ?

Si votre stratégie marche, passez au problème n°2. Si elle ne marche pas, révisez votre copie, et abordez le problème autrement.

Etablissement de routines de vie

i Oct 15th No Comments par

Vous pouvez préparer une plaque de carton format A4, que l’enfant peut donc transporter avec lui, sur lequel vous fixez avec de la patafix des petites images relatant la soirée en carton aussi. L’enfant enlève l’image et la fixe au dos du carton quand l’action est finie.
Il faut malheureusement investir du temps et du travail pour que la routine soit comprise. Mais vous gagnerez à terme du calme à la maison, plus de temps libre car le jeune deviendra de plus en plus indépendant de votre intervention. Il pourra faire son puzzle seul, mettre la table sans que vous soyez sur son dos.

Soyez absolument fiable.

i Oct 15th No Comments par

Faut-il forcer mon enfant ?

i Oct 15th No Comments par

 

A vous d’être attentif. Par exemple : votre enfant ne reste pas à table. Vous voulez qu’il passe le repas en famille : imposez-lui d’abord de rester à table le temps de compter jusqu’à 10 et laissez le partir. Après quelques minutes, demandez de revenir 10 secondes. Vous faites cela pendant quelques repas. Quand il n’y a plus de problèmes, augmenter le temps où il reste à table : il faut que votre enfant comprenne combien de temps il doit rester : Utilisez un minuteur, par exemple  le temps de manger 5 bouchées. Félicitez le chaleureusement à chaque étape, et petit à petit, il restera à table avec vous de plus en plus longtemps.